FranceFight

LE MMA MADE IN FRANCE



Espace membre


 Vous n'êtes pas encore inscrit ?
   Créer un compte maintenant


Utilisateurs en ligne

Il y a actuellement 20 visiteurs en ligne


Rechercher




Facebook



Calendrier


Novembre 2019


L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
   

 Date du jour   Evènement




Lebout signe au BAMMA

14-10-2014 é 13:32:36    Incredible    MMA Monde


Vous l’avez vraisemblablement lu sur les réseaux sociaux depuis hier soir, le français Mickael « paro » Lebout (12/3/1/1 – CrossFight) vient de signer un contrat de quatre combats avec le BAMMA, à courir dès le 6 décembre prochain.

C’est toujours avec une affection particulière que l’on suit l’’évolution de nos combattants et c’est d’autant plus vrai avec Lebout qu’on l’a vu dès ses débuts exploser avec un succès chez Atch, puis sa victoire aux contenders mais aussi avec la Supreme League quand il représentait encore la Free Fight Academy. Des débuts épatants pour le jeune homme dont le jeu s’est étoffé au fil de ses sorties pour nous offrir des prestations toujours meilleures à chaque fois.

Si l’année 2013 a été marquée par quelques déceptions (deux défaites et un match nul), l’année 2014, elle, est un grand cru ! Ila en effet contribué au succès du Crossfight en finale de la Supreme League et a accumulé trois victoires probantes en MMA (notamment en Grande-Bretagne à l’OMMAC), la dernière face à Davy Gallon lors du SHC 10.

S’il ne fait aucun doute que Mickael Lebout a tous les arguments pour casser la baraque au BAMMA, il devrait d’abord faire escale en Pologne où l’attend un coriace opposant, Pawel Zelazowki. Ce sera le 24 octobre. Au BAMMA, le français se voit opposé à Walter Gahadza, encore invaincu en 14 sorties. Sobrement nommé « the Sniper », l’anglais a une victoire en commun avec Lebout, face à Loïc Marty. Méfiance donc mais avec cette signature, le français a de sérieuses chances de gravir plus vite que prévu les échelons de sa catégorie. On n'ene st pas là, mais pourquoi ne pas rêver à un troisième français champion de l'organisation avec Barnaoui et Duquesnoy?



Noter cet article (2)