FranceFight

LE MMA MADE IN FRANCE



Espace membre


 Vous n'êtes pas encore inscrit ?
   Créer un compte maintenant


Utilisateurs en ligne

Il y a actuellement 12 visiteurs en ligne


Rechercher




Facebook



Calendrier


Octobre 2018


L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
   

 Date du jour   Evènement




BELHADJ ET BENZHA - D'ADVERSAIRES A COEQUIPIERS

12-02-2018 é 19:08:17    Incredible    MMA Monde


Yassine BELHADJ et Kim BENZHA se sont affrontés à l’occasion de la dernière édition de l’European Beatdown. Après une pesée houleuse et un combat tendu, les deux adversaires d’hier sont devenus depuis des partenaires d’entrainement, Benzha ayant rejoint les rangs, lui aussi, du team Obyfight. C’est par envie de montrer à tous que d’anciens adversaires peuvent devenir de vrais partenaires qu’on a décidé de regrouper leur actualité dans un seul et même article et d’ainsi promouvoir leur prochain combat respectif. Si Yassine retrouve l’European Beatdown, Kim s’envolera lui pour l’Italie. Découvrez les interviews des deux guerriers, dans ce qui constitue un beau chapitre de l'histoire de notre sport.

Commençons par Yassine BELHADJ (2/1), présent sur la carte du gala belge European Beatdown 3 le 17 mars prochain. Vrai prospect en devenir chez les poids légers, les organisateurs lui renouvellent leur confiance et le placent face à Faissal HARRAR (2/2).

France Fight : Yassine, tu combats le 17 mars prochain de nouveau à l’EBD. Comment abordes-tu cette échéance et que sais-tu de ton futur adversaire?

Yassine BELHADJ : Je suis très content de combattre de nouveau dans ce magnifique événement qui pour moi sera une des plus prestigieuses organisations en Europe. J’aborde chaque combat de la même manière, depuis mes débuts, comme si je combattais pour une ceinture, je ne triche pas avec moi-même à l’entraînement et je repousse mes limites à chaque séance. J’ai vu quelques vidéos de mon adversaire qui a un profil plutôt de lutteur je dirais, mais je ne me focalise pas sur un game plan fermé, je me prépare à toute éventualité et je suis prêt dans chaque dimension du MMA.

FF : Ton dernier combat t’a opposé à Kim Benzha, avec lequel il y a eu quelques tensions la veille et le jour du combat. Comment s’est passée son arrivée au sein du team ?

YB : Tout s’est super bien passé. C’est une personne que j’apprécie et avec un mental de guerrier. Aujourd’hui on s’entraide pour nos échéances. Il y a eu des tensions à la pesée et le jour du combat, on en rigole aujourd’hui. Chaque personne a son tempérament et réagit différemment dans l’adversité. Il y a une phrase que j’aime bien et qui reflète ma philosophie. « Il n’y a rien de personnel c’est juste du business (rires) ».

FF : Que trouves-tu à Obyfight, que tu n’as pas trouvé ailleurs ?

YB : Je suis très fier de représenter la Team Obyfight aujourd’hui car je trouve qu’il y a un suivi et un soutien des athlètes que je n’ai pas trouvé ailleurs, grâce à Abdel le boss de la salle. Le staff fait tout le nécessaire pour que le combattant performe. J’ai un excellent préparateur physique Sebastien Charreteur ; Il m’a fait évoluer dans énormément de domaines, je n’ai jamais été aussi bien encadré en préparation physique qu’aujourd’hui. Anthony Bret mon coach en boxe anglaise que je connais depuis mes années à l’Insep fait un travail monstre sur ma boxe et l’adapte à mon taekwondo, et surtout au MMA, il est de loin l’un des meilleurs dans son domaine en France. J’ai des partenaires d’entraînement de qualité que je ne présente plus tels que Mickael Lebout (en photo ci-contre, crédit Sébastien Laurent), David Bear, Tahar Hadbi, Kevin Fall, etc. Comme je le dis souvent, il faut s’entourer des meilleurs pour être le meilleur et c’est ce que je j’applique au quotidien.

Par ailleurs, je bosse mon sol au NR fight chez Nicolas Renier et mon jeu a énormément évolué dans ce domaine.

FF : Ancien champion de taekwondo, quels sont tes objectifs à long terme en MMA ?

YB : Je n’ai jamais eu peur de viser haut dans mes objectifs. Je serai à moyen terme le prochain champion lightweight dans une organisation prestigieuse comme l’European Beatdown, le BAMMA ou le Cage Warriors. Et pour mes objectifs à long terme je ferai partie des meilleurs combattant de ma catégorie a l’UFC.

FF : Pour y parvenir, il ne faut pas seulement avoir le talent, mais il faut aussi être bien entouré au niveau du management non ?

YB : Complètement. J’évolue aujourd’hui avec mon manager Sebastien Laurent (Beatdown management) avec qui j’ai tissé des liens qui vont au-delà de l’aspect purement professionnel. Je tiens à souligner qu’avant son arrivée mon management était inexistant, donc ma carrière était au point mort. Mais tous ces soucis sont loin derrière maintenant, nous avons un plan de carrière bien défini et il a ma totale confiance dans la gestion de ma carrière.

FF : Y a-t-il des combattants qui t’ont plus marqué ou inspiré que d’autres ?

YB : Si je devais citer des exemples de combattants qui m’inspirent,  je dirais Mickael Lebout de par son mental de guerrier et Jess Liaudin qui avait un style de combat spectaculaire. Ce sont des combattants français qui nous on montré la voie à suivre et c’est à nous de faire notre chemin maintenant. Je tiens à remercier mes sponsors pour leur confiance bartnutrisport, Rinkage, espace cryo et Sproteck ainsi que tous les gens qui me soutiennent dans la vie et les réseaux sociaux. Et merci à toi Alex pour cette interview.

Avant d'être coéquipiers, Benzha et Belhadj se sont bien mis sur la tronche

 

Pour Kim BENZHA, l'échéance a lieu en Italie le 3 mars. L'occasion pour celui qui a été élevé à Haute Tension, avant de représenter le Battling Club, d'étrenner ses nouvelles couleurs et de prendre un nouveau départ dans sa carrière.

France Fight : Kim tu effectues ton retour au combat en Italie, mais sous de nouvelles couleurs, avec Obyfight. Pourquoi ce changement de team ?

Kim BENZHA : Oui effectivement, j’ai rejoint l’équipe d’Obyfight début janvier. C’est quelque chose que j’avais dans ma tête depuis très longtemps maintenant, puisque ma première rencontre avec Abdel le directeur du complexe sportif datait d’il y a déjà un an mais malheureusement nous n’étions pas parvenus à un accord. J’ai passé deux belles années au sein du Battling Club. La structure, les équipements et le staff sont vraiment excellents pour quiconque souhaite s’entrainer correctement, que ce soit en loisir ou au niveau professionnel. Philipe, le directeur, a toujours fait le nécessaire pour que je sois dans les meilleures conditions à l’approche de mes combats, le Battling était à la fois mon club et mon sponsor. Pour être honnête, j’avais besoin de sortir de ma zone de confort. J’étais le seul combattant professionnel en MMA. Je voulais retrouver un club où je ne serai plus le seul à connaitre les souffrances, les sacrifices qu’inflige une préparation. J’avais à cœur de retrouver une ambiance de compétiteur à l’entrainement. Le choix d’Obyfight était logique à mon sens. Quel plaisir de retrouver mes amis avec qui j’ai appris à donner mes premiers coups de poings, fait mes premiers combats à l’époque de Haute Tension, je veux bien sur parler de Réda, Papou, Abdelslem, Edipo, Arnaud Mani Mani, Walid, Nathan je m’arrête là ils sont trop nombreux. Le plus dur pour moi était d’annoncer mon départ à mes deux coachs mais surtout amis, Christophe Chapuis dit Tryzo, et Serge Boutari dit Chong Li. Tous les deux ont compris mes motivations et étaient très contents pour moi. L’intégration récente de Mickael Lebout vétéran UFC, Tahar Hadbi et David Bear combattant du Brave ainsi que Yassine Belhadj ne sont que des points positifs concernant mon évolution en tant que combattant.

FF : Justement, tu retrouves Yassine Belhadj, contre qui tu as effectué ton dernier combat et avec lequel les échanges avaient été un peu tendus sur place. Tout se passe bien maintenant que vous êtes coéquipiers ?

KB : C’est vrai que c’était chaud à la pesée ! Rien n’a changé, c’est toujours la guerre, on ne peut pas se voir ! Non je plaisante bien sûr. On s’entend vraiment bien et ce n’est pas pour donner l’image d’une bonne ambiance. On est sur la même longueur d’onde, on s’entraine dur tous les deux, on partage nos techniques mais surtout, ça charrie beaucoup. Après pour ma part je ne te cache pas, ayant perdu le combat, qu’il a fallu mettre orgueil et fierté de côté mais voilà c’est le sport. Aujourd’hui les choses sont différentes,  je serais d’ailleurs présent lors de son prochain combat à l’European Beatdown 3 le 17 mars.

FF : Parle-nous un peu de ton futur combat. Comment abordes-tu les choses ?

KB : Un napolitain, à Naples, Italie – France je ne te fais pas de dessin, il va falloir éviter que le combat aille jusqu’à la décision car les juges ne me feront pas de cadeau. De toute façon c’est vraiment ce que je voulais, combattre à l’étranger contre un local et de ne pas avoir le public avec moi. J’affronte Gianmarco Romeo, fort de 3 victoires consécutives, qui nous vient du JJB, ce sera donc une opposition de style. La stratégie est en place, je sais où je vais et à quoi m’attendre, j’ai hâte d’y être et de rapporter la victoire à ma nouvelle écurie.

FF : Après ce fight, quels sont tes objectifs ?

KB : Mystère et boule de gomme Alex, Obyfight s’implante fortement dans le milieu du MMA à travers le monde comme tu peux le voir notamment avec le Brave en Jordanie et le M1 en Russie. Pour ma part, il y a de grandes chances pour que l’on me voie du côté de l’Angleterre ou de la Suisse, affaire à suivre donc, mais l’important pour moi c’est vraiment de continuer à prendre du plaisir.

FF : Même question qu’à Yassine, quels ont été tes modèles dans ce sport ?

KB : Grand fan d’Anderson Silva de ses débuts à aujourd’hui. C’est un combattant exceptionnel et performant, qui sait faire le show, parfois un peu trop et ça lui a malheureusement couté sa ceinture à l’UFC. J’aime aussi beaucoup Mc Gregor pour les mêmes raisons mais aussi parce que c’est un homme de défi. Si tu te rends sur l’Instagram de ces deux hommes, tu y verras beaucoup de photos de membres de leur famille, et pour moi c’est une valeur très importante.

 



Noter cet article (10)