FranceFight

LE MMA MADE IN FRANCE



Espace membre


 Vous n'êtes pas encore inscrit ?
   Créer un compte maintenant


Utilisateurs en ligne

Il y a actuellement 17 visiteurs en ligne


Rechercher




Facebook



Calendrier


Août 2017


L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
   

 Date du jour   Evènement




MON HFC: RETOUR PERSO ET RESULTATS OFFICIELS

27-09-2016 à 08:51:20    Incredible    Fight Club


Une fois n'est pas coutume, voici un article personnel qui revient sur le gala du HFC, tel que je l'ai vécu. Quatre ans ont déjà passé depuis que je suis venu combattre au HFC. A l’époque, c’est au-delà de la frontière allemande que nous combattions, dans un ring. Là, c’est en Suisse, et dans l’enceinte du Casino de Bâle. Et dans une cage. Une première pour moi. Quatre ans que je n’ai pas validé une victoire non plus. Entretemps, il y a eu des revers, face à Malik Merad puis Florian Navarro.

La pesée est un moment particulier. Essentiel mais c’est déjà là que se joue la première partie du combat. J’ai souvent galéré pour être sous la barre des 120 mais pas cette fois. Je pèse 118 kilos depuis deux semaines déjà et j’ai préféré me stabiliser pour ne pas m’user davantage sur ce plan-là. On revoit les bonnes vieilles têtes du circuit : Fred Fernandez toujours prêt à déconner, l’organisateur Jean-Michel Foissard excité par le week-end qui s’annonce. La balance confirme mon poids et je fais alors face à Geoffroy Sobocinski, mon adversaire. On se dit toujours qu’on va avoir l’air méchant au face off. Avec ma tête de gentil, c’est toujours un défi. Nos regards se tiennent plusieurs secondes. Le combat est lancé officiellement, on a rendez-vous dans 24 heures.

Kim Benzha et Christophe Chapuis sont arrivés, mes anciens coéquipiers de la belle époque Haute tension. Kim Combat, Chris fera son coin. On part faire quelques courses puis on rejoint l’équipe du Platinium. Buffet asiatique à volonté. On croit qu’on va se goinfrer mais, au final, l’estomac est trop réduit pour s’empiffrer. On passe un bon moment. Cela fait du bien de se détendre entre fighters. Mickael Belaïd, John Ofken, Mickael Bucher et Akram Benali combattront aussi demain.

Mon coin arrivant samedi, je suis seul dans ma chambre d’hôtel. Je visionne le futur combat que je vais mener. Je sais ce que j’ai à faire, ce que je sais faire et ce que je maitrise moins. J’ai bossé l’aspect mental des choses, là où j’ai souvent pêché par le passé, avec Morgane Delagnau, combattante elle-aussi mais préparateur mental également. Un atout de plus dans mon arsenal.

Je fais une belle nuit. Rachid Metlouti et son fils me rejoignent dans la matinée. Avec sa faculté de savoir me parler et de bien vanner pour détendre l’atmosphère, il arrive à m’apaiser. C’est que ce matin, je me suis glissé dans la peau du favori. C’est inédit et je me mets une pression supplémentaire et inutile.

Le check-up médical a lieu à 16h. Aly Yague nous a rejoints. Le docteur me prend une tension élevée mais c’est normal, le stress fait son effet. Je suis apte à aller me battre. Une sieste et un dernier repas plus tard, il est temps de prendre le chemin de l’arène. Là, les collègues combattants commencent doucement à se préparer. Mon rôle de journaliste ne va pas m’envahir ce soir, je l’ai laissé aux vestiaires. Pourtant je connais plein de monde dans l’antichambre de l’aire de combat.

Les premiers combats se passent sans que je n’y jette un œil. J’essaie de ne pas trop m’attarder sur le retour des premiers combattants : arcade ouverte, côtes cassées, cocards…. C’est inutile.

Mickael Belaïd a remporté son combat. C’est peut-être le premier résultat que j’entends réellement, celui aussi qui marque les débuts de la carte professionnelle. « Alex, ce soir aucun de nous ne perd ! ». La petite bande de la veille au soir est soudée. Il faut qu’on s’en sorte tous.

Plus le combat s’approche, plus la tension est palpable. Aly et Rachid m’ont préparé. Rapide mais efficace. Je n’ai pas besoin de m’échauffer longtemps pour être prêt. On me connait, c’est rassurant. Alors que je m’apprête à partir au combat, les encouragements des vestiaires arrivent : les frères Schiavo, Kim, Christophe, le Platinium… Ça me porte.

Je rentre sur « Extreme Ways » de Moby, le générique de Jason Bourne. Ça me va bien. Ca me change du Shakira qu’on m’avait mis par surprise chez Clément Marcou ou des changements de musique d’entrée surprise qu’on m’a fait partout ailleurs. J’ai enfin la mienne.

Geoffroy est déjà dans la cage quand j’entre à mon tour. Je le fixe et ne le quitte pas des yeux. Aly et Rachid me donnent les dernières consignes et les derniers encouragements. Leur douceur du moment m’apaise. J’ai besoin de ça.

Le combat démarre. Un kick, une pêche. Je les encaisse. Ils ont le don de me réveiller et de piquer un peu l’orgueil. J’avais prévu de frapper le premier. Je me trouve plus patient qu’à l’accoutumée. Je ne précipite rien, je réfléchis à ce que je dois faire t j’essaie de rester concentré sur les voix de mon coin. Mes coups sont lourds, je le sais, alors je vais en jouer. On va au sol, chacun essayant de placer une soumission. Mais je reste dessus. Il faudra vraiment que je bosse la patience une fois au sol. Au fur et à mesure que le combat passe, je me sens bien. Le cardio est là. Je vois mon adversaire faiblir peu à peu. Je démarre le ground and pound quand il est sauvé par le gong annoncé la fin de la première reprise.

Je dis que j’ai mal aux bras. Je ne sais pas pourquoi car c’est franchement tenable. Je ne quitte pas Geoffroy des yeux alors que je récupère mon souffle et mes esprits. Je suis prêt à y retourner. Je veux en remettre. Mais Patricio l’arbitre, annonce la fin du fight. Geoffroy ne reprendra pas.

Délivrance et soulagement. Voici ma troisième victoire en combat professionnel. Elle fait du bien. J’ai travaillé dur. Je la dédie à mon équipe et plus particulièrement à mes amis Rachid et Anthony. 

Les gens me félicitent, soulèvent mes progrès, sont bienveillants.

Je jette un œil aux combats qui suivent. Julien Da Silva ne tarde pas pour l’emporter. Il est impressionnant de fluidité quand il amène au sol. Joli. Mon frérot Kim affronte un vaillant, Julien Lopez. Un round partout entre les deux, match nul. Chacun est déçu de se quitter sur un score de parité.

Puis arrivent les combats pour les titres. Akram va affronter le marseillais Aymard Guih. Un plaisir de recroiser la MK Legion. Les souvenirs des galas marseillais me reviennent en tête. Le combat s’arrête en fin de premier round à la faveur d’Aymard. Suleiman Bouhata va clôturer les débats de la soirée avec le titre bantamweight en poche.

Fin d’une aventure, comme l’envie de repartir au charbon et de combattre encore. Le nombre incroyable de messages e félicitations me fait chaud au cœur. Sincèrement, c’est fort de se sentir porté et soutenu. Parmi eux, se glissent quelques messages de collègues poids lourds. Je sens la concurrence. Certains n’y vont pas par quatre chemins. Je suis relancé dans le game, je les intéresse de nouveau pour qu’on s’affronte. On en reparlera.

Voilà mon HFC. Bravo à l’équipe de Jean-Michel Foissard, Aziz Raguig et Julien Borghino. En attendant, après vous avoir saoulé avec mes élucubrations, voici l’ensemble des résultats.

 

 

Suleiman BOUHATA bat Sylvain SOMMEREISEN par TKO au round 1 pour le titre bantamweight

Aymard GUIH bat Akram BENALI par soumission au round 1 pour le titre welterweight

 

SUPERFIGHTS

Slobodan MAKSYMOVIC bat Maksym IVANYUK par TKO au round 1

Ionel CATALIN GHEORGHE bat Renaud JACQUEMIN par soumission au round 1

Julien LOPEZ vs Kim BENZHA font Match Nul

Julien DA SILVA bat Arthur MACARD par soumission (RNC) au round 1

Alexandre MORIN bat Geoffroy SOBOCINSKI par TKO à l'appel de la seconde reprise

Mathieu MORCIANO bat Quentin DOMERGUE par décision unanime

Mickael BELAID bat Ilya FALOSA par T/KO au round 1

 

Combats MMA amateurs

Pablo ZAMORA bat Maxime SOUQUE par soumission au round 2

Philippe ROUCH bat Selman KHADJIEV par soumission au round 2

Mickael BUCHER bat Jack NICOLAS par soumission au round 2

Amadou DIOP bat Ulemas IRMZAK par soumission au round 1

Souhil TAHIRI vs John OFFKEN font match nul

Jérôme BERTRAND bat Florian HOFFNER par décision partagée

 

 



Noter cet article (3)